TERRES, exposition de photographies à l'Abbaye de l'Epau

Rédigée le 13/05/2013

TERRES, exposition de photographies à l'Abbaye de l'Epau

TERRES, exposition de photographies à l'Abbaye de l'Epau

 Dans le cadre de la biennale départementale ‘Sarthe, TERRE d’histoires’, un parcours photographique dédié au thème de la Terre est mis en place de mai à septembre à l’abbaye de l’Epau.

 

Pour la première fois, cinq espaces d’exposition sont aménagés en plein air pour permettre aux visiteurs de découvrir, ou redécouvrir, le parc de l’abbaye de l’Épau à travers le regard de photographes professionnels. Chacun aborde cette thématique de la TERRE avec une sensibilité particulière, offrant ainsi, à l’image de la biennale, une vision transversale de la question. Ces approches croisées de photographes locaux et internationaux plongeront les visiteurs dans des univers variés, du local au global, du micro au macro, du végétal au minéral … 


Avec ces photographies aériennes, ALEX MACLEAN témoigne de l’impact de l’activité agricole sur le paysage. Au-delà de l’esthétique de ‘ces dessins d’agriculture’ vus du ciel il s’agit ici d’une véritable prise de conscience.

Pilote et photographe, architecte de formation, Alex MacLean survole inlassablement les États- Unis depuis une trentaine d’années. Il a ainsi pu dresser un portrait de l’histoire et de l’évolution de ce territoire depuis les vastes systèmes agricoles jusqu’aux quadrillages urbains, notant les changements induits par l’intervention humaine et les éléments naturels. Ses images fortes et descriptives sont des clefs de lecture pour comprendre la relation entre milieux naturels et environnements construits à travers une double  perspective, à la fois magnifique et inquiétante.

http://www.alexmaclean.com/

 

ALIOUNE Bâ photographie l’architecture de terre de son pays, le Mali. Ses photographies rendent compte avec beaucoup de force de ce savoir-faire millénaire et de ceux qui le perpétuent aujourd’hui.

Photographe Malien, né en 1959, Alioune Bâ a débuté en photographiant les collections du Musée national du Mali, avant de parcourir le pays pour archiver les cérémonies rituelles.

Par sa démarche artistique, Alioune Bâ souhaite montrer une image positive de l’Afrique : l’architecture, le corps, la nature ou encore la diversité culturelle. Il témoigne du quotidien de la population malienne.

Depuis 2004, pour former et informer, il anime des ateliers photos sur des thèmes tels le sida, la scolarisation, les enfants en situation difficile etc. Il préside un centre d’échange culturel (CEC) qui lui permet de travailler auprès des jeunes.


Vous pensez connaître les papillons qui peuplent nos campagnes ? STEPHANE HETTE les magnifie ici et nous invite à les redécouvrir avec élégance et poésie.

Artiste auteur né en 1968, Stéphane Hette est illustrateur de formation et c’est en 2005 qu’il découvre la photographie nature par hasard. Après une année de tâtonnement, il développe une méthode de prise de vue du vivant qui lui est propre. Persuadé que la photographie peut être un pont entre art, sciences et nature, il tente d’en faire découvrir la fragile et délicate beauté tout en préservant l’environnement et l’intégrité de ses sujets. Il réalise ses photographies sans autre moyen que la patience et la connaissance des espèces.

Aujourd’hui c’est aussi bien en pleine nature qu’en studio qu’il installe son matériel photographique et ses fonds blancs pour capter ces instants magiques que seule la nature sait produire.

http://www.artofbutterfly.com/


THOMAS JORION immortalise le face à face entre la nature et l’empreinte humaine en photographiant des lieux délaissés, sortes « d’îlots intemporels ».

Le travail de Thomas Jorion (né en 1976, installé à Paris) s’élabore dans le champ spécifique des bâtiments en ruine ou en cours de démolition, des lieux désormais déchus tant de leur usage que de leur fonction. Son geste photographique explore les rapports avec l’environnement construit en privilégiant des espaces délaissés qu’il nous incite à observer en induisant une réfl exion sur la matérialité et la temporalité.

Thomas Jorion réalise ses images avec une chambre photographique 4x5 ainsi que des négatifs couleurs.

http://www.thomasjorion.com/


MATTHIEU GERMAIN LAMBERT a partagé le quotidien de réfugiés birmans en Thaïlande. Ce reportage dresse le portrait saisissant de ces familles vivant et travaillant sur des montagnes de déchets. (Une part des droits sera reversée à l’ONG oeuvrant auprès de ces familles).

Après avoir étudié la photo à Montréal, Matthieu Germain Lambert affirme son style à l’occasion de divers voyages à travers le monde. Dernièrement c’est en Thaïlande qu’il a posé ses bagages afi n de s’investir dans l’humanitaire et témoigner, par le biais de ses photo-reportages, des travaux de plusieurs ONG qui oeuvrent auprès des réfugiés Birmans, notamment à la déchetterie de Mae Sot. Il a été touché par un peuple déraciné qui a su garder une grande dignité et une humanité hors du commun en regard de ses conditions de vie.

Ses clichés sont des instantanés de vie, sans mise en scène. Il en résulte des images brutes, fortes, qui secouent notre quotidien. Le soin qu’il met dans ses cadrages, servent, en définitive, l’humanisme de son propos. Supplément d’âme qui loin de chercher à choquer, nous invite à ouvrir les yeux sur la diversité et la relativité du monde dans lequel nous vivons.

Matthieu Germain-Lambert reverse 30% de la vente de ses oeuvres à l’ONG italienne KRIO HIRUNDO qui vient directement en aide au quotidien à ces familles.

http://www.mglphotography.org/

 

Un espace dédié à deux photographes naturalistes amateurs, FRANÇOIS et BENOIT MORAZE, permettra de découvrir la faune et la flore sarthoises de plus près, voire de très près.

C’est vers l’âge de 10 ans que ces frères jumeaux s’intéressent à la nature : premières escapades buissonnières dans le bocage mayennais, ils entrent dans le naturalisme de terrain…

Les années étudiantes leur offrent un véritable apprentissage naturaliste. Dès lors, l’appareil photo devient le passeport de leurs voyages… vers des horizons lointains ou en arpentant le bocage du Perche sarthois.

A la rencontre de la fl ore et des petits animaux croisés au gré des saisons : insectes, chauves-souris, amphibiens... ou encore des oiseaux, ils nous proposent de découvrir un univers et des couleurs parfois insoupçonnés, au pas de notre porte…

 http://www.morazephotos-nature.com/

 



 
 

Vous êtes sur un site du portail www.sarthe.com

Mentions légales Plan du site